PLAYLIST DU MOMENT #1

Dernière mise à jour : 7 mars 2019

Dans la vie, j'écoute beaucoup de musique : chez moi, dans les transport, pour aller acheter le pain... Et même pour écrire mes articles. A tel point qu'à la fin de la journée, j'ai un peu mal au cartilage de mes oreilles, à force d'avoir été compressés sous mon casque. Comme j'estime que j'écoute quand même de la musique pas trop pourrie, je vous propose d'écouter ce que j'écoute (en boucle, comme diraient les deux autres) et, peut-être, découvrir de nouveaux artistes.



Nightmares de Easy Life


Je dois avouer que je n'ai jamais écouté aucun autre son de ce groupe Australien, mais celui-ci est franchement sympa : j'aime la trompette mélancolique et le flow traînant du bonhomme. En plus de ça, le clip est réussi (merci Greg Barth).




Canapé-lit de Froesheleirs


On reviens en Europe avec Froesheleirs, trio bruxellois accompagné par le (Ô combien grand) Témé Tan. Si vous voulez vous la péter en ressortant de derrière les fagots ce groupe de rap de moins de 1000 abonnés, c'est cadeau ! Petite pointe de tristesse dans ce joli tableau : ils sont inactifs depuis 2016, mais bons "les vrais héros ne meurent jamais" !




Give Me One Reason de Tracy Chapman


Comme Froesheleir le dit plus haut "Je parle de ma révolution sur du Chapman Tracy". Écoutons donc du Chapman Tracy (et je fais des rimes à la JeanJass). Cette américaine est reconnue comme légende depuis un certain temps et on comprend vite pourquoi : une voix sublime et un rythme entraînant, parfait pour égayer un hiver trop gris.




Paradis noir de Gringe


La maîtrise de Gringe n'est plus à prouver. Après Casseurs Flowters et quelques films, il était temps qu'il sorte un album solo. Chose faite, et bien sur c'est très bon : les textes sont sombres, travaillés et on découvre une autre facette (peut-être plus personnelle ?) du personnage désabusé de Gringe.




Doorman de Slowthai et Mura Masa


Encore des artistes dont je ne connais qu'un son. C'est YouTube qui m'a proposé ça au milieu de la nuit (comme quoi, tout n'est peut-être pas perdu). Slowthai est un rappeur britannique, et comme j'adore l'accent, je suis déjà un peu convaincue. Ajoutez à ça un clip qui fait référence à Trainspotting et une prod' électro-punk et me voilà conquise !




4ZOO de Le Dé


Bon. J'adore True Sorry de Ibrahim Maalouf, j'adore le rap et je regarde les analyses du Règlement. Alors quand, au détour de 45 samples du rap français, j'ai entendu ce son-là, je n'ai pas eu besoin de me forcer pour l'écouter en boucle. Le Dé est un belge assez proche de la white trash : textes rageux balancés par le sample à la trompette avec ce zeste d'absurdité attaché au genre.




Pet Sound de Puppetmastaz


Puppetmataz est un groupe allemand des années 2000. Le groupe est représenté par des marionnettes et pond du Hip-hop typique du début du siècle. Entre un flow ironique, une prod' 8-bit bondissante et des rîmes absurdes, il découle une caricature bien menée du rap bling bling de l'époque.




Aulos Reloaded de 6ix9ine et Vladimir Cauchemar


Je termine cette playlist avec un son de plus de 25 000 000 (rien que ça !). Le sur-connu 6ix9ine s'est allié au français masqué Vladimir Cauchemar pour un featuring trapesque. Le nouveau grand seigneur des internets à la flûte démoniaque, bien nommé Vladimir Cauchemar nous avait déjà envoûté avec son Aulos, mais il a fallu ajouter Reloaded et 6ix9ine pour un fait un énorme tube. Pour mon plus grand plaisir.




Bien entendu, j'aurais pu citez au moins 50 autres sons, mais je pense à vous et je me restreins. Par contre, vous pouvez toujours me faire découvrir vos perles du moment, histoire que je les ajoute à ma (déjà trop longue) playlist !



(Photo by Kent Kanouse)

2 commentaires